Secure Folios

Photo library

Infos photo

Materiel photo de l'auteur


Fred travaille en général avec deux flashs.
Avant 2007, il utilisait le matériel suivant pour ses photos :
* boîtier argentique RS, reflex AF étanche (à la visée exceptionnelle).
Optiques fish-eye 13mm UW, 28mm UW, 50mm micro Nikkor UW, Télé convertisseur doubleur de focale UW.
*1 Nikonos V avec son célèbre 15mm UW.
*2 Flashs Nikonos TTL SB 105, 1 flash SB 104 et 1 Flash asservi TTL YS 30 Sea and Sea.

Depuis l'été 2007 : Tout nouveau matériel avec le Fuji S5 pro numérique (enveloppe du Nikon D200) 2 appareils
optique micro Nikor AF 60mm, optique fish eye 10,5mm AF DX, optique zoom Tokina 10-17mm
et pour le reportage terrestre , optique DX 18-200mm VR
Boitier mis dans le nouveau caisson aluminium sous-marin dédié Sea and Sea avec le viseur sportif Dyron (Plongimage).

Depuis 2013 : utilisation pour ses reportages d'une minicaméra Go Pro full HD avec un préobjectif fisheye sous-marin,  permettant la réalisation de petits clips video pour ces expéditions.



Et le numérique sous-marin ?


Avec les APN compacts, pour le grand public une page historique s’est tournée grâce au numérique en sous-marin. Certains amateurs experts du milieu sous-marin restent en grande partie en attente car il leur faut réinvestir à la fois dans un boîtier reflex, souvent dans de nouvelles optiques mais aussi dans un nouveau caisson étanche haut de gamme et ses divers hublots.

Fred a choisi lui un appareil reflex haut de gamme, le Fuji S5 Pro.

*Il aurait aimé un capteur Cmos plein format 24x36 comme celui de l’EOS 5D ou du Nikon D3, parfaitement adapté à l’image ambiance grand angle en sous-marin et à une meilleure gestion des hautes lumières type soleil sous-marin dans la photo.
*Avec un boîtier expert protection tout temps, anti ruissellement comme celui du D200 Nikon, en raison de l’environnement difficile qu’est le milieu marin.

*La solution du Fuji Finepix S5 Pro m'a semblé être la bonne solution sous-marine. Avec l'excellent capteur fuji et le processeur Real photo (exploitation au maximum de la plage dynamique entre hautes et basses lumières), ceci au coeur du beau boîtier Nikon D200 avec monture d'optiques Nikon F.
Je pense que le S5 produit les jpeg les plus exploitables du marché, élément fondamental pour moi qui n'ait pas le temps de gérer des fichiers Raw. Et c'est l'excellence en bruit et en dynamique.
*J'aurais bien aimé aussi un système anti-poussière...

HISTOIRE de la PHOTOSUB

Histoire de la photo subaquatique :
La France demeure le berceau de la photographie sous-marine, certaines des plus belles pages du livre d’or de la photo sub ont été écrites sur les rivages de notre Méditerranée. De l’ère des pionniers aux temps modernes, cette rubrique traverse plus de 100 ans d’images, un long chemin qui aboutit à un panorama étonnant. Voici en quelques lignes une rétrospective de plus d’un siècle de photo sub.

Les Précurseurs


1893: Premières photos sous-marines des français Louis Boutan et Joseph David à Banyuls/mer. Jusqu’en 1900, ils mirent au point quatre appareils de prise de vue sous-marine, et deux systèmes d’éclairage au magnésium.
1900 : Parution du livre de Louis Boutan, “La photographie sous-marine et les progrès de la photographie”.
Ce précurseur concluait ainsi son livre « j’ai ouvert la voie... à d’autres de la suivre, de frayer de nouveaux chemins et d’arriver au but définitif ».

1909 : images du français Etienne Peau, photographie sous-marine en Manche orientale.
1915: Tournage de 20.000 lieux sous les mers par John Ernest Williamson. C’est le début du cinéma sous-marin.
1926: Premières photos sous-marines en couleur parus dans le National Geographic Magazine par les américains William Longley et Charles Martin, les travaux antérieurs de l’anglais Francis Ward étant restés dans l’ombre

Les Pionniers


1935: Le commandant Yves Le Prieur avec le Club des sous l’eau présente une de ses inventions, un appareil photo étanche.
1938: Premières photos sous-marines de l’autrichien Hans Hass. C’est avec lui que l’image sub entre alors dans une recherche de dimension artistique.

1940: Le cinéaste sub italien Victor de Sanctis tourne son premier film sous-marin.
1943 : Cousteau et Gagnan réalisent les premiers essais de l'ancêtre du célèbre détendeur Mistral, ouvrant l'accès en autonomie aux fonds sous-marins.
1943: “Par dix huit mètres de fond”...c’est l’époque du début des Mousquemers français Jacques Yves Cousteau, Philippe Taillez et Frédéric Dumas.
1946: Le Club Alpin Sous-Marin crée à Cannes par Henri Broussard sera à l’origine de nombreuses vocations photographiques.
1951: Mi-français et mi-russe, Dimitri Rebikoff construit les premiers flashs électroniques sous-marins, et bientôt sa torpille “Pégase”.
1951: les années 50 à 60 vont voir se développer de nombreux boîtiers sous- marins en alliage d’aluminium, le caisson français “Tarzan” pour appareil Leica, le célèbre “Rolleimarin” allemand rendu célèbre par H. Hass pour le Rolleiflex , les caissons suisse Hugy-fot et autrichien Subal...
1954: Premier numéro de “l’Aventure sous-marine”, avec Jean Albert Foëx rédacteur, l’étonnant Serge De Sazo nous dévoile les premiers nus sous-marins.

Popularisation de la photosub


1956: Consécration mondiale pour l’image sous-marine avec le film français de Louis Malle “Le Monde du Silence”, réalisé en 1954 et qui reçoit cette année-là la palme d’or au festival de Cannes. Ce film confera une notoriété mondiale à l’équipe Cousteau.
1956: Le belge Jean De Wouters conçoit le Calypso Phot, l’ancêtre des Nikonos, cette conception donnera ainsi une génération d’appareils subaquatiques la plus populaire de tous les temps. Le brevet de ce boitier étanche sera déposée par la firme Spirotechnique le 27 janvier 1960.
1958: L’image sous-marine s’affiche, parution de la revue “Etudes et Sports sous-marins”, publication de la FFESSM.
1960 La firme américaine Ikelite met sur le marché des boitiers plastiques en lexan transparent , toujours d’actualité, qui vont concurrencer les caissons métalliques.
1963: La Spirotechnique vend son brevet à la firme japonaise Nikon... et c’est alors pour plus de 20 ans la saga des célèbres Nikonos II, III, IV puis V...

Les temps modernes (1)


1970: Naissance en France du magazine “Océans”, créé par Yves Baix. D’autres revues spécialisées arriveront sur le marché quinze ans plus tard (“Apnéa”,”Le monde de la mer”,“Subaqua”...). L’image subaquatique s’expose de plus en plus.
1973: Naissance du festival mondial de l’image sous-marine d’Antibes, crée par le français Daniel Mercier, cette manifestation est toujours considérée comme le must de l’image subaquatique mondiale.
1976: Premières publications de l’américain David Doubilet au National Geographic, certainement le photographe sous-marin le plus connu au plan international. C’est l’époque où vont apparaître en Europe les noms de futurs grands spécialistes de la photo sub, tels le suisse Kurt Amsler, les italiens Andrea Ghisotti et Franco Dilenge, les allemands Peter Reiserer et Herwarth Voigtman, l’israëlien David Pilosof, les anglais Peter Scoones, Mike Portelly et Mike Valentine...
1979: Premier championnat du Monde de photo sub en Italie à Calampiso. Champion: Mario Zucchi (Italie), vice-champion Mike Portelli (Gde Bretagne). Une débauche d’artifices, qui disparaîtra aux éditions suivantes.
Les années 80 voient le matériel sous-marin se développer, boîtiers et appareils photo s’améliorent dans leur perfectionnements. Le flash magnésique avec ses ampoules disparaît au profit du flash électronique sous-marin.
1985: Arrivée sur le marché du Nikonos V, la marque japonaise a su faire évoluer sa génération de boîtiers étanches.
1987: Deuxième championnat du Monde. Kurt Amsler (Suisse).

1988: “Le Grand Bleu” du français Luc Besson va devenir un des films cultes mondiaux de la décennie.
Le directeur de l’image sous-marine y est Christian Pétron, déjà bien connu dans le milieu de la plongée.

Les temps modernes (2)


1990: Au 3ème championnat du Monde de photo sous-marine, en Sicile, la France truste tous les lauriers, et s’impose au niveau international, elle devient championne du Monde avec Fred Di Méglio champion du monde et Marc Debatty vice-champion.

1992: Naissance du Nikonos RS. Premier 24x36 reflex autofocusTTL sous-marin étanche par conception. Une révolution avec une visée exceptionnelle. La fabrication de cet appareil sera arrêtée en 1997.
1992: 4ème championnat du Monde à Cuba. Champion: Franco Banfi (Suisse).
1993: La photographe française (une des rares) Sophie De Wilde obtient une palme d’or pour son livre sur la Méditerranée.
1994: 5ème championnat du Monde en Corée. La France à nouveau au plus haut, avec pour champion à nouveau Frederic Di Méglio (France).
1995 : 1er film sous-marin format IMAX 3D par Howard Hall (USA) « Into the Deep ».
1996: 6ème Mondial aux Baléares. Carlos Minguell (Espagne).
1997: 1er championnat du monde de photo sub en piscine à Paris, initié par la FFESSM. Les italiens enlèvent les titres.

1997: Apparition balbutiante du SubEye reflex, nouveau prototype suisse d’appareil photo sous-marin étanche qui n’arrivera pas à percer.
1998: 7ème championnat du Monde en Norvège, Carlos Minguell (Espagne).

L'ère du numérique


1998: La Confédération mondiale des activités subaquatiques met en place au niveau international les brevets de photographe subaquatique à 3 niveaux.
2000: 20ème championnat de France, 8ème championnat du Monde de photo sub en Egypte. Nouveau champion Settimio Cipriani (Italie).
2001 : Parution en France du livre collectif « Photographier sous l’eau », véritable bible pratique de l’image sous marine.
2002 : Championnat du Monde à Marseille organisé par la commission audiovisuelle de la FFESSM, champion José Luiz Gonzales (Espagne).
2005 : Un nouveau talent français, Laurent Ballesta auteur des images du livre « Planète Mers ».
Championnat du Monde à Estartit, avec pour champion Balbiani (Italie).
2007 : L’évolution de la photographie vers le numérique crée une véritable révolution auprès du grand public. Une page historique se tourne en sous-marin avec le développement des appareils compacts étanches de photo numérique. Le championnat du monde de photo sub se déroule en 2007 à Maurice, exclusivement en numérique. Et la photo numérique sous l’eau devient un jeu d’enfant pour débuter...
2009 : Un nouveau Championnat du monde de photo est organisé par la CMAS en Corée, un norvégien au sommet Espen Rekdal. Les appareils photo reflex donnent la possibilité de faire de la video HD. Canon puis Nikon. Une nouvelle ère ?
2011 : Des cursus internationaux de photo numérique subaquatique voient le jour, sur la base des travaux européens de la CMAS, issus des réglements des diverses fédérations nationales.
2012 : Popularisation majeure de la GO PRO dans le monde sous-marin, mini caméra vidéo embarquée compacte pour films et photos en HD tout terrain,  pour les amateurs de sports extrêmes
 
By continuing browsing this website, you accept the use of cookies.
Learn more. I agree